Archives par étiquette : Théâtre Pierre de Roubaix

A « La nuit de la jeunesse », tant de raisons de croire en Roubaix…

Bouquet final

Bouquet final

Le Conseil Jeunes de Roubaix organisait ce vendredi soir la 2ème « Nuit de la Jeunesse » au théâtre Pierre de Roubaix. L’attraction principale était l’humoriste Mustapha El Atrassi (qui finalement ne pourra pas faire son spectacle et sera remplacé par Kamini, dont j’ai ainsi appris qu’il avait réorienté sa carrière dans le stand up). Mais c’était aussi – et surtoutLo en ce qui me concerne – l’occasion de mettre en avant les talents de la jeunesse roubaisienne; et le moins qu’on puisse dire, c’est que j’ai été bluffé par ceux-ci.

Car c’est dans tous les domaines que le Conseil Jeunes a trouvé des talents à récompenser. On a ainsi pu voir se succéder Yassir Machelloukh, tout frais bachelier, déjà auteur de 2 ouvrages philosophiques et qui va intégrer une prépa littéraire à Fénelon à Paris; Akim, modeste et pourtant déjà champion de France de judo, ou encore Kheira Hamraoui, impressionnante de détermination, déjà en équipe de France de football féminin, et joueuse au PSG, excusez du peu.

J’ai aussi découvert 2 jeunes filles entreprenantes, qui ont ouvert leur auto-école à l’Epeule, Leila Autoécole, et qui sans aucun complexe proposent des offres innovantes, une pédagogie adaptée et des promotions fort intéressantes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le domaine des arts et de la culture, ont été mis à l’honneur Mustapha et Alhousseyni, 2 des danseurs de la compagnie D Street, mais aussi Akim A2K, qui a un vrai talent dans le stand up, ou Rapnivore, comme son nom l’indique.

Je n’insisterai pas non plus sur le professionnalisme de la présentation, des transitions, des vidéos de la web série « On dit souvent » des jeunes du Pôle Ressources Jeunesse Deschepper, et des différentes animations.

Au sortir de cette soirée, qui avait lieu au lendemain d’une triste nuit de dégradations urbaines à la suite d’un match de foot de l’équipe d’Algérie, on ne pouvait que déplorer les tristes et absurdes amalgames que certains croyaient pouvoir faire entre roubaisiens et casseurs.

De mon point de vue, j’ai été enthousiasmé par les capacités de cette jeunesse roubaisienne. C’est peut-être ça, être « la ville la plus jeune de France », avoir en son sein une telle quantité de jeunes dont les talents ne demandent qu’à exploser. Nous comptons bien les y aider !