Archives par étiquette : La Cave aux Poètes

Journal d’un élu en état d’urgence – Jour 1

Comme une très désagréable et morbide impression de déjà vu vendredi soir, avec un fil twitter qui s’emballe, les mauvaises nouvelles qui s’accumulent et qui enflent, le bilan de victimes qui augmente au fur et à mesure et l’impression de ne pas savoir où tout cela va s’arrêter…Parfois il vaut mieux aller se coucher, au risque d’être hypnotisé par l’information en continu, et en sachant que le sommeil ne sera pas serein…

Et effectivement, l’information comme un coup de massue au réveil samedi matin. 128 morts, plus de 300 blessés. Le cauchemar était donc réalité. Mais l’élu que je suis n’a pas eu le temps de penser à ces victimes, à leur douleur, aux situations d’horreur qu’ils ont vécu. Ou plutôt j’ai préféré me concentrer sur d’autres sujets. Fallait-il ouvrir les équipements culturels municipaux ? Quid des concerts et animations prévues ce week-end ? Pendant toute la journée, les questions se sont succédées, auxquelles il a bien fallu apporter des réponses au fur et à mesure.

Au "désherbage" de La Grand Plage

Au « désherbage » de La Grand Plage

Déjà, avant 9h, se demander s’il fallait ouvrir la médiathèque La Grand Plage, qui organisait qui plus est son « désherbage » semestriel. En l’absence d’instructions précises si tôt dans la journée, il m’a semblé que les événements, dramatiques, n’impliquaient pas d’empêcher la lecture publique, donc ouverture de La Grand Plage. Même raisonnement pour le Musée et le Conservatoire. J’avais prévu de prendre mon petit déjeuner au « Coffee Book », le café de La Grand Plage, et c’est de là que je gère du mieux possible la situation, au contact des agents municipaux et du public, qui semblent apprécier que la vie de la médiathèque continue.

L'affiche de la soirée à La Cave aux Poètes

L’affiche de la soirée à La Cave aux Poètes

Rapidement, il apparaît que la soirée électro prévue à la Grand Plage semble bien délicate à maintenir, elle fait dramatiquement écho aux événements de la veille; c’est fort dommage car ce London Roubaix Unity Crew était prometteur; mais après échange avec les élus et le cabinet, nous estimons rapidement qu’elle ne peut pas décemment se tenir.

Joie de la vie d’élu, la presse locale est déjà là et me demande quelles décisions la ville va prendre alors qu’elles sont encore en pleine discussion; j’essaie de donner une version la plus claire possible même si tout n’est pas encore décidé; ce qui me semble préférable à un silence guère rassurant.

Au fur et à mesure de la matinée cependant, la situation se précise, des réunions en préfecture s’organisent, la position de la ville s’affine, et nous décidons finalement de supprimer toutes les animations et manifestations festives prévues ce week-end à Roubaix, en écho avec le deuil national décrété.

Une fois les décisions prises et annoncées, la pression retombe, l’émotion revient et me submerge, d’autant plus que les chaînes d’information égrènent les décès, les nouvelles dramatiques ou les détails affreux sur le déroulement des attentats. La journée sera longue. Il y a des soirées où l’on n’a pas le coeur à tweeter ou à poster des statuts sur Facebook. La lecture des achats au désherbage de La Grand Plage s’est imposée d’elle-même…