Archives par étiquette : Danse

« Tragédie », le choc Olivier Dubois

Oui, Tragédie est un choc. Un choc esthétique, un choc philosophique, un choc musical, un choc chorégraphique; bref un choc, comme on en a peu dans une année culturelle.

photo Christophe Raynaud de Lage

photo Christophe Raynaud de Lage

On connaît le « principe » : les danseuses et danseurs sont nus. Oui, totalement nus, du début à la fin de la pièce, sans aucun artifice. A vrai dire, en soi ça n’a rien de révolutionnaire, ça sonnerait même plutôt la contre-culture années 70 un peu éculée s’il n’y avait que ça.

Mais il n’y a pas que ça. C’est aussi une vraie pièce de troupe. 18 personnes sur scène. Depuis quand n’avez-vous pas vu un spectacle de danse avec 18 personnes sur scène ? Personnellement, depuis des années. Les budgets des compagnies de danse étant ce qu’ils sont, on est déjà content de voir 4 ou 5 danseurs, et les créations solo et duo se multiplient. Mais Olivier Dubois fait preuve ici d’un appétit, d’une envie, d’une frénésie de chorégraphie qui emporte tout sur son passage, et nous livre ici une pièce de plus d’une heure et demie, totalement écrite, pour un vrai collectif de danseurs.

photo parisart.com

photo parisart.com

Tragédie c’est aussi une grammaire chorégraphique parfaitement maîtrisée, des défiles du début du morceau qui se dérèglent lentement et subtilement, à des moments de groupe remarquables, à un passage au stroboscope proprement hallucinant , une scène de night club mémorable, ou une sublimation de la rencontre entre homme et femme fort évocatrice… Comme souvent, Olivier Dubois va au bout des possibilités physiques de ses interprètes, on les sent vidés, épuisés à la fin de la représentation, et on l’est un peu avec eux.

Car ce qui emporte le morceau, ce sont bien sûr les danseuses et les danseurs. Il faut en avoir du courage et de l’envie pour se livrer littéralement à nu au public tous les soirs. Avouons que le spectateur passe aussi par une phase assez troublante d’appropriation de cette nudité. On ose à peine y croire, d’ailleurs les premières minutes, dans une semi-obscurité, autorisent encore le doute, on se surprend à penser qu’il ne l’a pas vraiment fait, qu’il y a un artifice, des vêtements discrets. Dès que les lumières s’allument, on se rend à l’évidence compte que non, et regarder la nudité en face n’est pas chose aisée, surtout dans le cadre d’un spectacle; il faut quelques minutes encore pour qu’on s’habitue à avoir un oeil artistique et non voyeur.

photo lesouffleur.net

photo lesouffleur.net

Forcément, cette pièce porte à l’appréciation des corps, donnés à voir en évidence. On redécouvre comment chaque danseur, sans aucun artifice de costume, dans des mouvements d’une grande simplicité et d’une grande pureté, dégage pourtant quelque chose d’unique et de spécial, qui lui est spécifique; et sur les 18 interprètes, on finit par n’en regarder que 3 ou 4, guère plus, qui nous ont scotchés.

Un dernier mot sur la musique de François Caffenne, si forte et si présente pendant toute la pièce, écrite « sur mesure » bien sûr, avec ses moments de grande simplicité, ses moments très rythmiques, des passages très doux, et un soin apporté aux transitions par lesquelles on sent tout de suite, presque inconsciemment, que la situation a changé et nous permet d’encore mieux apprécier la prestation des danseurs.

En résumé, une pièce qui va bien au delà de la provocation, un moment chorégraphique fort et unique, une soirée marquante.

 

L.A Dance Project au Colisée : Roubaix meets California

LAdance_2652885bC’était un des sommets de la saison qui s’achève au Colisée de Roubaix, Bertrand Millet le directeur avait réussi un gros coup en programmant le « L.A Dance Project » de Benjamin Millepied, tout frais nommé directeur de la danse à l’Opéra de Paris, et auréolé de sa participation au film « Black Swan ».

La salle d’ailleurs ne s’y était pas trompée, elle était remplie à ras bord, et complète depuis pas mal de temps; impatiente de découvrir la proposition chorégraphique de Millepied.

Le 1er tableau, de Millepied lui-même, je dois avouer que je l’ai raté, encore à la mairie en conseil d’administration…Le 2ème tableau, reprise d’une chorégraphie des années 60 de l’immense Merce Cunningham, était austère et exigeant. Sur une musique stridente de La Monte Young, des mouvements lents et beaux s’enchaînent. Les mouvements sont ultra étudiés, les attitudes et les positionnements sur scène harmonieux, le travail sur l’éclairage est très original et remarquable, mais il faut bien admettre que ce n’est pas le genre de pièce qui déchaîne l’enthousiasme.

La 3ème partie, plus accessible, était de William Forsythe, sur une célèbre boucle musicale de Gavin Bryars (Jesus never failed me yet…), et ce « Quintett », plein d’énergie et de joie, a réconcilié tout le monde pour une très belle ovation en fin de spectacle.

Au global, une soirée comme on les aime, un Colisée plein, une proposition artistique qui sait attirer sans sombrer dans la facilité, des « grands noms » qui passent par Roubaix…on est impatient de voir ce que la saison prochaine nous réserve ;)!