Journal d’un élu en état d’urgence, Jour 6 : les annulations

A la une de mon journal local favori, la polémique sur les annulations.. Je dois avouer que les bras m’en tombent. Au beau milieu de la tourmente actuelle, certains reprochent donc aux municipalités et autres d’annuler des événéments. Il ne faut vraiment avoir aucune idée de ce que signifie être un acteur public, responsable de la sécurité de ses concitoyens, pour faire ce reproche.

L'affiche de l'édition 2011

L’affiche de l’édition 2011

Oui, en tant qu’adjoint à la Culture, je pourrais effectivement déplorer l’annulation de l’intéressant Festival du Dessin de Presse de Tourcoing. Mais en tant qu’élu tout court, comment ne pas comprendre que, si la Ville de Tourcoing a estimé que ce Festival présentait un risque non négligeable, elle a eu raison de ne pas courir et faire courir ce risque à ses habitants ? Ce n’est pas non plus une censure, qui pourrait croire que la Ville ait peur de l’expression des dessinateurs. Mais les mots ont un sens et un poids, nous sommes en état d’urgence, cela a malheureusement quelques conséquences fâcheuses.

De la même manière, les étudiants de Roubaix nous ont sollicité cette semaine pour organiser une marche et une manifestation de recueillement en mémoire des victimes du 13 novembre. Si la démarche était bien sûr sympathique et partait d’un bon sentiment, nous avons cependant préféré ne pas y donner suite, en application des consignes de la Préfecture, et surtout parce qu’il apparaît évident qu’un rassemblement public sur ce sujet représente un risque, qu’on le veuille ou non, difficilement contrôlable. Les étudiants l’ont entendu fort heureusement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *