Danbé, une expérience de théâtre sophistiquée et émouvante

Olivia Kryger et un spectateur sous casque

Olivia Kryger et un spectateur sous casque

D’abord il y a le dispositif, les coussins et les casques disposés dans toute la salle, pas de scène, 2 pôles d’instruments de musique, on comprend qu’on ne va pas assister à une représentation « classique ». Et en effet, ce n’est pas du tout la même chose de suivre un spectacle allongé sur un coussin avec un casque sur les oreilles qu’assis en rang d’oignon devant une scène, on se concentre vraiment sur l’histoire, on est beaucoup plus sensibles à la musique.

Après il y a l’histoire, celle d’Aya Cissoko, son parcours presque trop romanesque pour être crédible, entre la disparition tragique d’une partie de sa famille jusqu’à son parcours sportif d’excellence. Et il y a aussi la langue, celle de Cissoko bien sûr, mais aussi celle de Marie Desplechin qui a recueilli son histoire, une belle langue, à la fois claire, accessible, parfois poétique, parfois tranchante…

Les musiciens jouent en live

Les musiciens jouent en live

Il y a aussi bien sûr l’actrice, la narratrice, qui emporte vraiment le morceau. Arriver à retranscrire avec émotion mais sans pathos le parcours d’Aya; arriver à nous embarquer sur un texte solo pendant 1h30, jouer sur tous les registres de la voix, les artifices du micro, c’est vraiment une magnifique prestation que celle d’Olivier Kryger, qui a aussi adapté pour le théâtre le livre de Desplechin et Cissoko.

Enfin, il y a aussi la musique, jouée en direct par les auteurs, Pierre Badaroux et Laurent Sellier, qui n’est pas que musique d’ailleurs puisque les 2 musiciens prennent part entière au spectacle, avec des récitatifs, des moments où l’action passe par la musique; ce qui pourrait n’être qu’un gadget devient une vraie valeur ajoutée au spectacle,  bien sûr grâce aux casques, mais aussi grâce à l’interaction permanente entre le texte et la musique.

photo Voix du Nord

photo Voix du Nord

Bravo à tous donc pour ce vrai moment de théâtre, d’émotion, de découverte, très accessible et sophistiqué à la fois.

Voir aussi le beau compte-rendu de Christian Vincent dans La Voix du Nord
et la fiche du spectacle sur le site du Théâtre du Nord, encore ce soir et demain dans la salle de l’Idéal à Tourcoing…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *