Archives mensuelles : janvier 2014

Café Wéo : mes moments croustillants !

J’ai pu assister à l’enregistrement hier soir du « Café Wéo », avec les 10 candidats déclarés à la Mairie de Roubaix (vous me reconnaîtrez avec mon superbe pull moutarde derrière le présentateur)! Il sera diffusé ce jeudi 30 janvier soir sur Wéo.

Les candidats - Photo Nord-Eclair

Les candidats – Photo Nord-Eclair

Nord-Eclair a déjà diffusé quelques photos; en exclusivité et en avant-première, je vous livre  quelques moments croustillants que j’ai pu noter pendant le débat :

  • sur la fiche du présentateur, les candidats sont identifiés par des signes distinctifs : « Jean-Pierre Legrand, écharpe; Eric Mouveaux, cheveux gris » 🙂
  • « Y a-t-il un problème Dubois ? », lance en début de débat Jean-Michel Lobry. La quasi totalité des candidats opinent du chef…
  • Slimane Tir, pour EELV, qui demande plus de policiers dans la rue! Et oui, ça n’arrive qu’à Roubaix…
  • Rachid Rizoug, « La cantine gratuite, ça fait venir les classes moyennes ». Bon, c’est peut-être proportionnellement un plus cher pour eux que les autres, mais de là à emménager rien que pour ça…
  • Jean Michel Lobry : « Philippe Delannoy, 2 choses simples sur le sujet de […] » – Philippe Delannoy : [1 chose très longue et très compliquée]
  • Pour la saleté, Léonard Delcourt a une solution et un exemple pour le moins original : « La filière zéro déchets, ça existe à Naples et ça fonctionne ». On se gausse de lui en se disant que prendre Naples comme exemple pour la propreté, c’est osé, la ville étant plus connue pour ses montagnes de déchets pendant les grèves des éboueurs que pour la propreté de ses rues. Bon, on m’a fait remarquer sur Twitter qu’effectivement il y avait des chantiers pilotes à Naples de projets zéro déchet, dont acte.
Le car-régie (photo Nord Eclair)

Le car-régie (photo Nord Eclair)

  • Pour Rachid Rizoug toujours, il faut « tout remettre à plat et réurbaniser la ville ». Les bulldozers arrivent…
  • On notera, les plans de coupe en témoigneront sûrement, la « poker face » de Pierre Dubois, absolument impassible et mutique quel que soit le sujet abordé s’il n’est pas interrogé. Sauf pour un point capital : on dit « Parc de Barbieux » et non « Parc Barbieux ». Merci de la précision !
  • André Renard, plus cassant que cassant : « Le problème à Roubaix c’est pas depuis 5 ans, c’est depuis 2 ans ». Quel heureux hasard que le tirage au sort l’ait fait s’assoir à côté de Pierre Dubois…
  • Guillaume Delbar, en mode rassemblement général : « Je parle à tout le monde ». Message.
  • Pendant la séquence « moi maire de Roubaix », on se prend à imaginer Pierre Dubois qui commencerait « Moi Maire de Roubaix, ooops, je le suis déjà ! »
  • Philippe Delannoy voudrait « reprendre le travail des belles années 1983-1995 ». On a envie de lui dire qu’on ferait mieux de commencer le travail de 2014…
Le blogueur roubaisien et apérologue Jérôme Dumont était "grand témoin" du débat... (photo Nord-Eclair)

Le blogueur roubaisien et apérologue Jérôme Dumont était « grand témoin » du débat… (photo Nord-Eclair)

J’espère que tout cela vous a donnera envie de regarder ce débat, qui de mon point de vue était bien organisé, rythmé, vivant, et qui donne une belle image de la démocratie roubaisienne, de sa pluralité, et de sa vitalité.

Grève des agents de la propreté urbaine : et si on essayait plutôt de les respecter..?

J’ai un scoop à vous communiquer : les agents de municipaux de Roubaix ne sont pas pires qu’ailleurs. Ils ne sont pas meilleurs non plus. Donc si la ville est sale – comme c’est unanimement reconnu maintenant, ce n’est pas à cause des agents municipaux. A cause des comportements des roubaisiens sans doute, mais aussi à cause de l’organisation des services sans doute.

photo Nord Eclair

photo Nord Eclair

Il semble aussi, d’après les informations de Nord Eclair suite à leur débrayage de cet après midi, que les moyens qui sont mis à leur disposition sont plutôt archaïques et dépassés. Etre munis de simples pelles pour déblayer 3400 tonnes par an (soit la bagatelle de 10 tonnes par jour…), c’est un peu léger comme équipement !

Mais plus profondément, c’est surtout d’écoute et de considération dont ils semblent manquer. Comment peut-on imaginer que le maire d’une ville annonce tout de go dans une interview télévisée que la ville doit être entièrement nettoyée en 4 mois (après 6 ans de mandat, il était temps de prendre cette décision…), sans qu’auparavant les agents n’aient été informés, sans qu’un plan n’ait été établi (et non présenté 1 mois APRES en conseil municipal), sans que l’organisation du service n’ait été revu, sans que les équipements nécessaires ne soient disponibles ?

Soyons clair : en cas d’alternance au mois de mars prochain, personne ne promet de miracles aux agents de la propreté urbaine comme des autres services. Les questions de prime sont toujours complexes et délicates, et il faut les aborder avec toute la prudence nécessaire.

image Comité Quartier Fresnoy Mackellerie

image Comité Quartier Fresnoy Mackellerie

Mais ce qui peut changer, c’est d’avoir une équipe d’élus qui sachent reconnaître la dureté de leur travail, les conditions parfois difficiles dans lesquelles ils les exercent, et leur donner les moyens de l’exécuter correctement.

Qu’ils se sentent appréciés, soutenus, défendus par la ville qui les emploie et qui en a tant besoin. Que la Ville les soutiennent et les assiste quand ils sont victimes de menaces ou d’agression dans l’exercice de leur fonction, qu’elle se porte systématiquement partie civile, qu’il n’y ait aucune hésitation et aucune impunité sur ce sujet.

Plutôt que de promettre une vague « Roubaix respectée » à ses habitants comme l’équipe sortante, nous proposons, plus modestement et plus simplement, de respecter la personne et le travail des agents municipaux. C’est moins claquant, ça ne fait pas délirer les foules, mais c’est ainsi qu’on gère sainement, efficacement et humainement une ville.

 

Pierre Dubois doit-il démissionner du CESER ?

Pierre Dubois a diffusé hier son premier tract de campagne (mystérieusement privé de toute référence au Parti Socialiste), campagne dont on croit comprendre qu’elle aura pour slogan « Roubaix respectée ». On reviendra ultérieurement sur ce point.

Une « promesse » a retenu mon attention, largement mise en avant dans la présentation : « ce mandat de maire est et demeurera le seul que j’exercerai si vous m’accordez votre confiance ».

Tract Pierre Dubois 13 janvier 2014

Tract Pierre Dubois 13 janvier 2014

On comprend que Pierre Dubois  veut ainsi signifier aux électeurs qu’il consacrera tout son temps et toute son énergie à son seul mandat de maire. Louable intention.

Cette promesse me semble soit inadaptée, soit déjà battue en brèche par les faits.

Inapdatée, car comme l’a noté Grégory Wanlin sur twitter, cela signifierait-il qu’élu conseiller municipal, Pierre Dubois renoncerait à exercer le mandat de conseiller communautaire à LMCU, comme il en a la possibilité ? Ce serait assez inapproprié, car de nombreux dossiers concernant la ville se gèrent à LMCU, et d’ailleurs la position de faiblesse de Pierre Dubois qui n’en est même pas vice-président alors qu’il est maire de la 2ème plus grosse ville explique bien des difficultés actuelles de la ville. C’est, au pied de la lettre, pourtant le sens de son engagement.

Battue en brèche par les faits, car Pierre Dubois est d’ores et déjà titulaire d’un autre mandat, puisque depuis décembre dernier il est Conseiller au CESER (Conseil Econonomique, Social et Environnemental Régional), où il est membre de la commission C4 (Santé, cadre de vie et environnement), où il siège dans le collège 3 « Vie Collective ». Est-ce à dire que jusqu’à l’élection, il n’a pas à se consacrer 100% à sa ville, mais qu’après, promis juré, ce sera le cas ?

http://www.ceser.nordpasdecalais.fr/jcms/c_100675//dubois-pierre

Il me semblerait donc logique que Pierre Dubois annonce dès aujourd’hui sa démission du CESER s’il veut se mettre en conformité avec les engagements qu’il annonce lui-même…

Quant à l’argument selon lequel ce ne serait pas vraiment un mandat car c’est une nomination par le préfet et non une élection, il me semble d’une part contestable (tout mandat n’est pas forcément le fruit d’une élection, et Pierre Dubois y exerce bien un mandat en tant que représentant de la « Vie Collective »), et d’autre part contraire à l’esprit de l’engagement qui est de consacrer tout son temps à la ville de Roubaix et au mandat de maire. Ce n’est visiblement pas le cas quand on siège au CESER.

Si les mots ont un sens et les engagements une valeur, Pierre Dubois doit démissionner du CESER.

Je suis de gauche, et, pour Roubaix, je soutiens Guillaume Delbar

Photo Nord Eclair

Photo Nord Eclair

J’ai voté au second tour des élections présidentielles pour François Mitterrand en 1988, pour Lionel Jospin en 1995, pour Jacques Chirac en 2002 (contraint et forcé…), pour Ségolène Royal en 2007, pour François Hollande en 2012. Au niveau local, j’ai voté pour René Vandierendonck aux municipales de 2008, pour Marjolaine Pierrat-Feraille aux législatives de 2012. Mon parcours politique personnel de gauche est assez clair. S’il fallait choisir entre François Hollande et Nicolas Sarkozy en 2017 (pure supposition de ma part), sans hésitation je revoterais pour François Hollande.

photo AFP

photo AFP

Depuis quelques années, j’ai développé mon engagement dans la vie publique. D’abord en accompagnant plusieurs institutions d’enseignement supérieur de la métropole (l’IUT de Tourcoing et l’Université de Lille3), en tant que représentant des milieux socio-économiques.

La perspective des élections municipales en 2014 m’a conduit à m’intéresser de plus près à la ville de Roubaix, que j’habite depuis plus de 10 ans. D’abord avec la désagréable impression que son évolution récente n’allait pas dans le bon sens : persistance de l’aspect sale des rues de la ville de plus en plus frappant à chaque retour de voyage, fermetures à répétition de commerces du centre-ville, départs d’entreprises emblématiques, extrême lenteur des grands projets pourtant annoncés maintes fois (rénovation du Parc Barbieux, zone de l’Union), décélération d’une vie culturelle qui m’avait paru si riche dans les années 2000.

Photo Jean Miaille

Photo Jean Miaille

J’ai aussi depuis quelques mois posté ici quelques articles sur l’actualité économique, politique et culturelle de la ville, qui m’ont conduit à m’interroger plus en profondeur sur ces sujets et sur les spécificités roubaisiennes; et que Nord-Eclair a bien voulu reprendre a plusieurs reprises dans son édition papier. J’ai aussi participé aux discussions et débats de la « twittosphère » roubaisienne, en particulier politique, et pu apprendre à en connaître et en recontrer certains des participants.

Au terme de ce cheminement, je considère que pour améliorer la ville et lui « redonner un avenir », Guillaume Delbar est le candidat que me convient le plus, et c’est pourquoi j’annonce aujourd’hui mon soutien à sa démarche et à sa liste.

Photo Nord-Eclair

Photo Nord-Eclair

Parce que Roubaix a besoin d’un profond changement, d’une rénovation de ses pratiques et de ses politiques, et que seuls une nouvelle équipe, de nouvelles femmes, de nouveaux hommes, sont à même de réellement changer la manière de gérer la ville.

Parce qu’une élection municipale se joue avant tout sur des enjeux locaux, et sur un fort lien avec une personne, et non sur des considérations de politique nationale; le clivage droite / gauche est moins significatif (l’arrivée d’une ex-UMP sur la liste de Pierre Dubois en est d’ailleurs un bon exemple).

Parce que le large rassemblement que propose Guillaume Delbar n’est pas qu’une figure de style, et que j’ai pu constater à plusieurs reprises qu’il était mû par le souci de proposer les bonnes actions pour la ville, et pas par le souci d’appliquer un programme « de droite » qui ne m’aurait pas convenu.

Parce que ce que j’ai pu percevoir des idées et des valeurs de Guillaume Delbar, autonomie, responsabilisation, ouverture, solidarité, me correspond tout à fait, et son étiquette UMP me paraît bien accessoire, en tout cas pas un critère de choix pertinent.

Parce que ce que j’ai pu percevoir des idées, des valeurs et des actions de l’équipe sortante à majorité socialiste, concentration du pouvoir dans quelques mains, absence de dialogue, absence de prise en compte de l’avis des habitants, primat de l’appartenance politique, non-respect de la parole donnée, ne me correspond pas du tout.

Parce que la relève des pratiques et des idées passe aussi par une relève générationnelle, que Guillaume Delbar incarne pleinement.

Parce qu’il faut absolument « ensemble, redonner un avenir à Roubaix », et que Guillaume Delbar est de mon point de vue le mieux placé pour le faire.

Ce choix n’apparaîtra pas comme une surprise aux lecteurs réguliers de ce blog, dont les articles politiques étaient le plus souvent critiques vis à vis de la majorité municipale; la rédaction de ces articles m’a aussi permis de forger l’avis que j’expose dans ce billet. Je continuerai à m’exprimer ici, bien sûr sur les thèmes de la campagne, mais aussi, comme je l’ai fait depuis le début, sur la vie de Roubaix au quotidien.

Rendez-vous donc les 23 et 30 mars prochains dans les urnes !