Archives de catégorie : Politique

Chroniques du bureau 112 #4 : au 1er tour des Législatives 2017

La frénésie de la présidentielle est retombée, et pour ce jour de vote, le bureau 112 a accueilli à peine 400 électeurs, contre plus de 700 pour la présidentielle. Autant dire que l’activité était moins soutenue, et qu’on s’est même parfois un peu ennuyé.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Autre conséquence, logique (ou plutôt cause à vrai dire) : quasiment aucun nouveau électeur, presque tous ont déjà voté à au moins 1 des 2 tours de la présidentielle. Avantage : on se connait déjà un peu, on discute mieux, les contrôles d’identité sont plus rapides. Et comme c’est déjà la 5ème fois en un an et demi que je préside ce bureau, je reconnais à peu près tous les visages, et suis maintenant repéré par une bonne partie des électeurs. La politique locale, de terrain, c’est ça aussi…

on fera finalement 4 fois plus…

Cela donne aussi le temps d’échanger avec ses assesseurs, et répondre à leurs questions parfois surprenantes : peut-on récupérer des bulletins de vote non utilisés dans la poubelle ? Doit-on écrire en bleu ou noir sur les procès verbaux ? Et puis surtout, bel hommage à la participation, cette réflexion d’une assesseur : finalement, c’est pas compliquée de tenir un bureau de vote, on avait l’impression qu’il y avait plein de choses à savoir mais en fait c’est simple. Alors oui, je le confirme : c’est simple, c’est sympa, on voit du monde et on discute; vous pouvez vous adresser au service Elections pour être volontaire pour un prochain tour !

Petit plaisir Zéro déchet d’une électrice à qui l’on signale la poubelle pour les bulletins non utilisés : « oh non, ça va me faire mes listes de courses pendant 1 mois » 😉

Enfin, dans ce bureau de vote situé dans la salle de jeu d’une maternelle, c’est un régal de lire les panneaux et autres indications aux murs. Cette semaine, je vous recommande en particulier les règles de vie suivantes, valables à tous les âges à vrai dire !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et le vote dans tout ça ? Fort logiquement, au vu du contexte national et du vote de Roubaix au 1er tour de la présidentielle, un duo de tête LREM / France Insoumise; et pour être plus précis, la feuille de résultats :

Chroniques du bureau 112 : au 2ème tour de la Présidentielle

On avait laissé le bureau 112 farouchement mélenchoniste au soir du 1er tour, on se demandait ce que le 2ème tour allait donner…

L’urne enregistrera finalement presque 800 votes…

Première émotion du président du bureau : la porte d’entrée ne s’ouvre pas, la serrure est coincée. Il est 7h30 le dimanche matin (oui, le président arrive tôt…), comment fait-on dans ces cas-là ? La solution est simple : on appelle l’astreinte des ateliers municipaux, et quelques minutes après 8h, 2 techniciens changent le canon et permettent aux électeurs d’entrer par la porte principale et non plus par la porte arrière. Un grand merci à eux, et encore désolé pour les premiers votants qui ont dû faire un léger détour dans les couloirs de l’école maternelle !

Fin d’intervention sur porte récalcitrante !

Autre émotion du jour : les assesseurs sont toujours là; le 1er tour semble ne pas les avoir dissuadé de tenir une nouvelle fois le bureau de vote, et je suis bluffé par leur jeunesse (ils passent tous les 3 le bac cette année…), leur bonne humeur, leur enthousiasme, et le sérieux avec lequel ils tiennent la fonction. S’il y a bien une raison de croire à l’avenir de Roubaix, c’est bien en faisant confiance à ces jeunes, car ils ont un potentiel incroyable. Un grand merci à Yasmina, Léonardo et Thomas; en espérant les revoir aux Législatives…

Un moment un peu troublant a aussi été cette électrice, assez âgée, qui s’est présentée une 2ème fois à peu près une demie-heure après son premier vote, en nous disant qu’elle n’avait pas voté et qu’elle ne se souvenait pas du tout être déjà venue. Nous étions fort affirmatifs, mais il a fallu lui montrer sa signature sur le cahier d’émargement pour qu’elle convienne qu’elle était déjà venue. Evidemment, nous avons essayé d’être délicat, « ça arrive à tout le monde madame d’oublier qu’on a fait quelque chose »…

Enfin, un grand bonheur pour moi en tant qu’adjoint à la Culture, ça a été de lire, dans les couloirs de l’école maternelle, le panneau suivant :

oui, à Roubaix, les écoles maternelles vont visiter le Musée La Piscine, 1er musée de France, y font de la peinture, des dessins, bref apprennent ce qu’est un musée… Rien ne pouvait me rendre plus fier. J’en suis ressorti boosté comme jamais 🙂 Et puis cette punchline finale, « ils ont laisse de l’eau pour s’en souvenir », j’adore !

Bon, au final, le bureau 112 enregistre 30 voix de moins qu’au 1er tour et se retrouve farouchement macroniste 🙂

 

Ça marche pour moi !

J’avais soutenu la candidature d’Alain Juppé à la Primaire de la Droite et du Centre, et espéré jusqu’au dernier moment qu’il revienne dans la course, tellement sa stature personnelle et son projet me paraissaient plus que jamais adaptés aux enjeux de la France et à l’exigence de rassemblement, nécessaire pour gagner.
Ainsi va la vie politique, il n’en a pas été ainsi, et c’est bien François Fillon qui est candidat. Hélas, l’actualité des 3 derniers mois nous a montré que, au delà d’un projet plutôt cohérent , c’est l’homme Fillon qui avait bien des limites et des faiblesses dont nous n’avions pas connaissance auparavant, et qui m’empêchent de lui accorder mon soutien. Je considère en effet que l’élection présidentielle est, comme on le dit si souvent, « la rencontre d’un homme et d’un peuple »; et que si le projet est bien entendu fondamental, les qualités et vertus personnelles du candidat le sont encore plus.

en visite chez OVH à Roubaix

C’est pourquoi j’ai décidé d’accorder ma préférence à la candidature d’Emmanuel Macron. Son projet me convainc par son alliance de cohésion nationale, d’engagement européen, de modernisation et de renouveau économique et de souci de justice sociale. La campagne en cours a montré un homme qui sait parler aux Français de l’avenir de notre pays, et sans doute de manière bien plus vibrante et profonde qu’on ne l’aurait cru il y a quelques mois. Si je regrette son manque d’expérience politique et son absence de parcours d’élu, force est de reconnaître qu’il est devenu un candidat crédible pour tous, et sans doute le meilleur candidat face au Front National.
C’est donc sans hésitation que je voterai dès le 1er tour pour Emmanuel Macron.

J’ai décidé de soutenir Alain Juppé à la « Primaire de la Droite et du Centre »

Nous entrons dans la dernière ligne droite de la Primaire de la Droite et du Centre; 2 débats ont déjà eu lieu entre les 7 candidats sélectionnés, les positions sont maintenant bien connues et je crois que le temps est venu pour moi de prendre parti et de l’annoncer publiquement.

Alain Juppé en meeting à Villeurbanne (photo La Croix)

Alain Juppé en meeting à Villeurbanne (photo La Croix)

Il est temps de prendre parti, car le lauréat de cette primaire aura de bonnes chances d’aborder l’élection présidentielle dans une position de force, et que je souhaite vivement que ce candidat me représente du mieux possible.

Il est temps de l’annoncer publiquement, car, conscient du poids modeste de ma fonction, je considère néanmoins que c’est à la fois mon devoir d’élu local de prendre part aux débats de la nation; et que cette prise de position constitue un indicateur utile pour situer mon action d’élu par rapport aux enjeux nationaux.

C’est vers Alain Juppé que se porte mon choix pour le 1er tour de ces primaires; et ce pour des raisons assez simples.

Pour la sensibilité centriste qui est la mienne, c’est clairement lui le candidat qui porte le plus haut les idées de réforme économique, de progrès social, mais surtout et avant tout de modération et de souci du consensus national; et sa belle formule de « l’identité heureuse » me ravit particulièrement.

Un des enseignements des débats de ces primaires, c’est que je ne crois pas du tout à la rupture, au « renouveau », aux mesures extrêmes, bref aux mesures simplistes qui prétendent résoudre en 6 mois les problèmes de la France depuis 30 ans. Surtout quand elles sont promues par ceux qui l’ont dirigée pendant 5 ans.

Et en particulier, réveiller les antagonismes, opposer les uns aux autres, aller toujours plus loin dans le clivage ne me semble pas souhaitable pour celui qui conduira la destinée du pays pendant 5 ans.

aj-gd

photo Voix du Nord

Les 20 et 27 novembre prochain, je soutiens le processus des primaires en présidant le bureau de vote du Foyer-Restaurant du Boulevard de Fourmies.

Quelle que soit leur opinion, j’invite tous ceux qui souhaitent agir pour la désignation du candidat de la droite et du centre à venir voter les 20 et 27 novembre prochaine, en rappelant que ces primaires sont ouvertes à tous ceux qui en partagent les valeurs et qu’il n’est absolument pas besoin d’être membre d’un parti. Pour connaître votre bureau de vote, une seule adresse : http://www.primaire2016.org/ou-voter/

 

 

Pour un Lille3000 plus ouvert, plus ambitieux, plus efficace

C’est la semaine du bilan pour l’édition « Renaissance » de Lille3000, qui s’est déroulée de septembre 2015 à janvier 2016. Après une présentation aux élus de la MEL ce mercredi, un point presse ce vendredi détaillera les chiffres et les leçons de cette édition.

les totems brésiliens de la Rambla de Renaissance

les totems brésiliens de la Rambla de Renaissance

Disons-le avec flair play, ou tout simplement avec honnêteté : cette édition est pour ma part un succès. La fréquentation, si elle est en retrait sur l’édition 2012, reste néanmoins tout à fait honorable au vu du contexte plus que délicat des terribles attentats du mois de novembre. De manière plus profonde, le talent d’assembleur de Lille3000, pour faire travailler ensemble des dizaines de villes de la MEL, est remarquable; et la forme participative de nombreuses manifestations (la parade d’ouverture et les Conservatoires ou écoles de musique, les opérations jardin de St So, les cafés Renaissance, le Mumo…) une vraie réussite voire une source d’inspiration pour un élu à la culture comme moi. Citons aussi certaines initiatives innovantes, comme le fablab des makers de la Maison Folie de Moulins, particulièrement inspirantes.

dans l'antre des makers...

dans l’antre des makers…

Pour autant, Lille3000 cède comme souvent à son goût de la gonflette : à additionner les fréquentations de toutes les manifestations culturelles de la métropole, la somme totale annoncée est finalement bien virtuelle; et on a du mal à croire que la Villa Cavrois, la fête des Allumoirs à Tourcoing ou la Nuit des Arts à Roubaix aurait accueilli moins de visiteurs sans Lille3000. Mais ils sont labellisés dans le programme, donc on additionne…Ne serait-il pas plus honnête de ne parler que des manifestations « pures » Lille3000, à St Sauveur et au Tri Postal ?

De la même manière, Didier Fusillier souligne dans la presse le coût pour lui modeste de la manifestation (8 M€) par rapport au Festival d’Avignon (14 M€) ou à la Biennale de Lyon (21 M€ d’après lui). A y regarder de plus près, la comparaison n’est pas si simple, entre une manifestation qui a lieu tous les 3 ans d’un côté, tous les 2 ans pour Lyon, et pour des coûts bien moindres si l’on consulte d’autres sources (8 M€ pour l’édition 2015 de la Biennale de Lyon, soit pile poil le coût de Liille3000…). Quant au Festival d’Avignon, j’avoue ne pas trop comprendre ce qu’il y a de similaire entre un « simple » festival de théâtre et 4 mois d’événements culturels dans 77 communes.

Didier Fusillier, conseiller artistique de Lille3000

Didier Fusillier, conseiller artistique de Lille3000

Quant à l’impact économique qui est parfois invoqué, c’est à vrai dire le grand flou. L’étude commandée est plutôt axée sur le qualitatif, avec à vrai dire d’excellents résultats; mais la commande n’était pas celle d’une évaluation des retombées économiques; et même une donnée simple comme l’évolution des nuitées sur la période n’est pas encore disponible. On laissera donc chacun gloser sur le sujet, sans vrai chiffres sur lesquels se baser. Ennuyeux.

Pour ma part, j’estime qu’une manifestation culturelle d’envergure est indispensable à la notoriété et au rayonnement de la métropole lilloise; et que Lille3000 a acquis en 11 ans et 5 éditions un savoir faire et une crédibilité irremplaçables. La forme est convaincante; la qualité des manifestations proposées est forte; et drivée par son conseiller artistique multicartes, elle arrive à surfer sur l’air du temps culturel avec un réel brio.

Pour autant, il est légitime de se poser certaines questions. La première est celle de la nécessaire évolution de la forme. Ne risque-t-on pas une certaine lassitude si la 6ème édition à venir nous propose aussi une parade d’ouverture, une rambla rue Faidherbe, des expos best of à St So et au TriPo, la labellisation de tout le reste…? Il pourrait être temps de faire bouger au moins un des paramètres. On aimerait aussi que des mouvements émergents soient mis encore plus en avant; je pense en particulier aux arts numériques et au gaming.

L'expo Séoul vite vite au Tri Postal

L’expo Séoul vite vite au Tri Postal

De la même manière, ma qualité d’élu roubaisien me force à souligner le lillocentrisme patent de la manifestation. Certes, la ville de Lille est le plus gros financeur de l’opération, soyons francs, et c’est légitime que les opérations y soient très concentrées. Mais la MEL est aussi partie prenante; et pourtant au global c’est moins de 2% du budget de l’événement qui est consacré à Roubaix, 2ème ville du territoire. La disproportion paraît énorme, surtout quand on voit comment Lille3000 met en avant dans sa communication et ses bilans des expositions ou des événements qu’elle n’a que très marginalement financées.

(le nouveau festival #XU de cultures urbaines à Roubaix a été soutenu par Lille3000)

Ce qui nous mène aussi à nous interroger sur la pertinence du territoire concerné. De la même manière que le Voyage à Nantes a évolué en Estuaire sur toutes les villes du long de la Loire, ne serait-il pas temps que Lille3000 rayonne sur tout ou partie de la région NPDCP, comme Xavier Bertrand le proposait dans son programme (« une réussite comme Lille 3000 doit être un événement à rayonnement large qui profite à toute la Région ») ? Evidemment, il ne faudrait pas que la dilution fasse perdre de l’intensité, mais il y a sans doute des pistes à creuser.

Enfin, il faudrait aussi parler sans tabou du coût, de l’efficacité de l’événement par rapport à ses semblables, de l’impact économique; bref avoir des données fiables et sans biais méthodologiques, ce qui n’est pas pour l’instant disponible du moins à ma connaissance.

Je serai bien sûr, comme je l’ai été pour cette édition, en tant qu’élu de Roubaix et conseiller métropolitain, disponible pour accompagner la réflexion des équipes de Lille3000, de la MEL et de la Région dans cette voie.

Lettre à Fleur

Chère Fleur Pellerin,

Vous avez été remerciée du Ministère de la Culture lors du dernier remaniement ministériel, fort délicatement, en 6 minutes de conversation, au cours de laquelle le Président de la République vous a expliqué qu’il avait « besoin de quelqu’un pour faire de la politique » dans ce ministère. On n’avait pas remarqué que vous faisiez autre chose…

FP cuir

Néanmoins, c’est ainsi que, adjoint à la Culture de Roubaix, j’en suis à « ma » 3ème ministre de la Culture en pas même 2 ans de mandat. On notera d’ailleurs qu’il semble que ce soit un ministère dévolu aux femmes; sans doute pour caser plus d’hommes dans les ministères régaliens, ou pour éviter la création de trop de Secrétariat d’Etat à l’Egalité Réelle ou l’Aide aux Victimes, toutes choses importantes certes, mais dont on se demande en quoi l’existence d’un maroquin va les aider (et alors qu’il n’y a toujours pas de Ministre de l’Enseignement Supérieur).

Mais je m’égare; et alors qu’on se demande ici ou là ce qu’il faut retenir de votre court passage au MCC, comme on l’appelle entre intimes, je voulais à mon tour vous livrer quelques remarques à ce sujet.

Noter tout d’abord que j’ai particulièrement apprécie votre passé « numérique » avant d’arriver au Ministère de la Culture; que c’était sans doute la première fois qu’une ministre avec une vraie connaissance du sujet avait été nommée; et que devant les nombreux dossiers en lien avec le numérique de ce ministère, c’était un choix plutôt heureux. On s’étonnera a posteriori qu’Audrey Azoulay, votre successeure, n’ai créé son profil Twitter qu’après sa nomination…

Fleur Pellerin, à Paris le 30 octobre 2011 - photo Nicolas Reitzaum

Fleur Pellerin, à Paris le 30 octobre 2011 – photo Nicolas Reitzaum

Votre tropisme assumé vis à vis des industries créatives, assumé à de nombreuses reprises; ainsi que l’accent que vous avez mis sur l’enseignement artistique, cela aussi était plutôt heureux; car qui ne voit qu’il est fini le temps du Ministère obnubilé par les créateurs stars, par les avis des coteries parisiennes, le mercato des opéras et des théâtres mondiaux ou les enchaînement de cocktails et vernissages…

Il paraît qu’on vous en a beaucoup voulu pour le #ModianoGate, cette prétendue faute d’avoir avoué que vous n’aviez lu aucun livre de nouveau prix Nobel français que vous receviez peu de temps après l’annonce de l’attribution. Dois-je vous avouer que j’avais pour ma part trouvé plutôt réconfortant qu’une Ministre reconnaisse et assume le fait qu’elle n’avait pas ou plus le temps de parfaire sa culture générale et son amour de la littérature, assommée de la lecture de notes et n’ayant sans doute que fort peu de temps libre ? Hélas, cette touche bienvenue de vie réelle n’est pas passée; visiblement les Français – ou les journalistes ? – s’attendent à ce qu’un Ministre de la Culture consacre quelques heures par jour à la lecture. Est-ce vraiment ça qu’on attend de lui ?

PatrickModianoA

Evidemment, d’autres séquences ont été moins réussies dans votre passage rue de Valois, je pense en particulier à la gestion chaotique de la grève à Radio France, ou aux suites de l’affaire « Saal » à l’INA, où l’on aurait aimé des actions plus lisibles et plus tranchées. C’était peut-être cela faire de la politique…

Votre plus belle victoire, c’est sans doute celle dont vous ne profiterez pas; à savoir l’augmentation, sensible et réelle (+2,7%), du budget de la Culture en 2016. C’est en effet 190 M€ supplémentaires par rapport à 2015 que vous étiez allé chercher dans les arbitrages interministériels, dont on peut imaginer qu’ils n’ont pas été faciles.

Mais bon, cela n’aura servi à rien, vous saviez depuis le début qu’être ministre c’est un CDD, et la semaine dernière le CDD s’est arrêté. Avec pas mal du culot, vous ironisez sur Twitter à ce sujet, tout en vous en défendant. On aurait peut être aimé vous voir aussi facétieuse quand vous étiez encore en fonction. mais on vous saura néanmoins gré de réussir à l’être dans ces moments plus difficiles !

 

Pour que vive le N.A.M.E ! – Lettre ouverte à Jean-René Lecerf

(post publié en commun avec Léonard Delcourt et publié simultanément sur son blog)Name logo

Faire des choix, faire de la politique,  c’est renoncer.

Nous savons et nous connaissons la désastreuse situation financière dans laquelle l’exécutif précédent a laissé le Département du Nord. Nous comprenons aussi les choix forts qui sont devant vous et que vous devez prendre rapidement pour sauvegarder l’action de la collectivité que vous présidez. Cependant nous souhaitions vous dire, au travers de cette lettre ouverte, que ces choix doivent aussi se faire en prenant en compte des critères factuels et concrets, donc être des choix de raison. C’est pourquoi nous attirons aujourd’hui votre attention sur la superbe réussite du N.A.M.E pour le Département, qui dépasse aujourd’hui largement ses frontières, et la part que prend désormais chaque année cette rencontre dans le rayonnement de notre territoire.

name 2

Nous pensons, nous élus locaux en charge de la Culture et du Développement Economique de la ville de Roubaix, qu’un tel événement qui vient de réunir plus de 12.000 personnes sur un week-end est un vecteur incroyable d’une image positive, tournée vers l’avenir, du Nord ; comme il en existe à vrai dire bien peu. Oui, peu d’événements culturels peuvent se targuer de réunir autant de monde sur deux jours, d’horizons différents et de générations différentes. Il est aujourd’hui ce que l’on fait de mieux sur la scène des musiques électroniques au nord de Paris. Il est devenu un étendard pour dire à quel point le Nord excelle, comment le Nord sait accueillir, comment le Nord sait être curieux, comment le Nord sait être à la pointe culturellement comme il l’a toujours été. Il se compare avantageusement avec Marsatac à Marseille, avec les Nuits de Fourvière à Lyon, bref avec la fine fleur du secteur des festivals électro ; et depuis 10 ans il a noué des longues histoires d’amitié et de rencontre artistique avec tous les grands noms de la musique électro mondiale qui lui sont restés fidèles.

name 3

Bien sûr, des efforts sont à faire sur différents points que nous sommes prêts à évoquer avec l’association ART POINT M, évidemment des marges de manœuvre budgétaires sont à trouver, et le N.A.M.E doit encore pouvoir évoluer,  trouver d’autres partenaires, réfléchir à son format, renouveler en permanence sa programmation, être à la recherche d’un lieu d’accueil ; mais ce serait une bien mauvaise nouvelle, peu respectueuse de son histoire et de ses acteurs, que de supprimer soudainement l’aide du Département.

Car, disons-le tout de go,  si le N.A.M.E venait à disparaître alors nous nous mettrions à dos beaucoup d’habitants de ce département, qui y sont légitimement attachés Et au-delà de ça, nous sommes surtout convaincu que le N.A.M.E apporte un vrai rayonnement à notre territoire, qu’il en est un des tous meilleurs emblèmes, et ce même s’il a été engendré par une autre majorité politique.

name 4

Alors oui, faire des choix, c’est renoncer ; et nous vous proposons, Monsieur le Président, de renoncer à faire le choix de la suppression pure et formelle des subventions allouées à l’Association roubaisienne ART POINT M qui organise et développe le « N.A.M.E. FESTIVAL » ; et plutôt de les aider à faire évoluer leur modèle dans les années qui viennent.

Fermement attachés à la pérennité de ce festival, nous sommes prêts à nous impliquer dans l’accompagnement de ce processus et dans la recherche d’une solution durable, qui permette au N.A.M.E de continuer à porter haut l’étendard du Nord qui l’a fait naître.

Léonard DELCOURT, adjoint  au Maire de Roubaix à l’Economie, l’Emploi, l’Insertion  la Formation et l’ESS

Frédéric MINARD, adjoint au Maire de Roubaix  à la Culture, au Patrimoine et à l’Enseignement Supérieur

name 5

Guillaume Delbar, une vice-présidence régionale qui fait sens pour Roubaix

Le nouvel exécutif régional a été élu cet après-midi, et le moins qu’on puisse dire, c’est que Guillaume Delbar, le Maire de Roubaix, est dorénavant en charge d’une délégation régionale parfaitement adaptée aux problématiques de notre territoire, puisqu’il est responsable de la politique de la rénovation urbaine, du logement, et de l’innovation numérique et sociale

La rénovation urbaine peut paraître comme une évidence à Roubaix, qui est sans doute la ville de la région la plus concernée par ce sujet; mais c’est peut-être aussi pour ça que nous en savons toutes les difficultés et que le financement seul ne suffit pas à la réussite des opérations de renouvellement urbain. Le Maire de Roubaix aura ainsi bien plus de cartes en main pour favoriser le bon déroulement des opérations lourdes prévues sur le Pile ou l’Alma dans les années qui viennent.

Cour Six, à l'Epeule

Cour Six, à l’Epeule

La délégation au logement est aussi cruciale pour Roubaix. Dans une ville qui compte des taux de logement sociaux, mais aussi de logements insalubres (privés) records, là aussi il faut savoir être présent pour mettre en avant les problématiques de la ville, et elles sont nombreuses.

Le programme de Xavier Bertrand citait déjà des initiatives audacieuses nées à Roubaix comme celles des maisons à 1 €; gageons que celle-ci saura être soutenue par la région…Gageons aussi que Milouda Ala, qui est adjointe au Maire en chargement du logement mais aussi conseillère régionale, saura suivre ces dossiers avec attention.

Visite à Manchester, qui a lancé un programme de maisons à 1 £

Visite à Liverpool, qui a lancé un programme de maisons à 1 £

Mais la délégation la plus prometteuse est sans doute celle de l’innovation numérique et sociale. Car si le quotidien des roubaisiens peut être positivement impacté par la rénovation urbaine ou le logement; l’avenir de la ville se joue lui sur ces thèmes d’innovation; mais une innovation bien particulière, car elle doit aussi pouvoir bénéficier aux roubaisiens. C’est par une innovation libérée, mais aussi sociale et inclusive, que Roubaix peut tirer profit de la situation et conforter les nombreuses démarches déjà en cours à ce sujet.

On notera aussi que ces 2 dernières délégations rejoignent celles de Guillaume Delbar à la Métropole Européenne de Lille; ce qui est là aussi un gage d’efficacité et de bonne complémentarité des compétences régionales et métropolitaines…

Loin d’éloigner le maire de Roubaix des enjeux de sa ville, cette vice présidence lui permet donc, bien au contraire, de s’assurer de peser d’un poids réel sur des domaines cruciaux pour le quotidien et l’avenir des roubaisiens…

Pour la région, pour la culture, je vote Xavier Bertrand !

Aux élections régionales des 6 et 13 décembre, c’est sans aucune hésitation que je voterai pour la liste « Notre région au travail » de Xavier Bertrand.

XBcouv

D’abord, et ce n’est pas une surprise, parce que je suis adhérent d’un parti, l’UDI, qui soutient et participe à cette liste; un grand bravo d’ailleurs à Emeraude Bensahnoun qui représente avec brio les centristes du Roubaisis sur cette liste.

Aussi parce que 2 de mes collègues élus à Roubaix, le Maire Guillaume Delbar et Milouda Ala, l’adjointe au logement, sont sur cette liste; leur action à Roubaix est déjà remarquable et remarquée, et ce serait un grand avantage pour la ville qu’ils puissent la continuer et l’amplifier au Conseil Régional.

Enfin, c’est aussi en tant qu’adjoint à la Culture que j’ai envie de contribuer à voir Xavier Bertrand élu.

Certes, la culture n’est pas au coeur de son programme (comme pour les autres candidats d’ailleurs), et ce n’est sans doute pas l’attente majeure des électeurs.

Néanmoins, le livre-programme de Xavier Bertrand contient de nombreuses propositions intéressantes, innovantes, pertinentes dans le domaine de la culture et du patrimoine, dont on a, à tort, très peu voire pas du tout discuté, alors qu’elles me semblent aller vraiment dans le bon sens. (voir les pages 65 à 69 du livre programme de Xavier Bertrand). Précisions aussi, toute modestie gardée, que j’ai soumis à l’équipe de campagne de Xavier Bertrand des idées et des suggestions il y a quelques mois, et que certaines ont été retenues, belle preuve de l’écoute que Roubaix peut avoir sur les sujets sur lesquels notre expertise est reconnue.

De manière générale, on remarque par exemple dans le programme :

. l’instauration d’un Pass Musées Régional. Sur le modèle de la C’Art de la MEL, mais étendu au territoire de la région; voilà une formidable opportunité pour encore développer et amplifier celle qu’on appelle déjà « la région des musées ». Et si les difficultés techniques, financières ou diplomatiques seront légion, notons quand même que les Pays-Bas arrivent à le faire au niveau d’un pays entier avec la Museumkaart, cela doit donc bien être possible

La museumkaart néerlandaise permet l'accès à 400 musées des Pays Bas, pourquoi pas un système similaire en NPDCP ?

La museumkaart néerlandaise permet l’accès à 400 musées des Pays Bas, pourquoi pas un système similaire en NPDCP ?

. la mise en place de « TER Musée » à 1 € : excellente manière de surfer sur le succès reconnu du TER Mer et du TER Vert, cette fois vers les musées, quelle meilleure manière de pratiquer la démocratisation culturelle ?

. la culture au cœur des lycées et des centres d’apprentissage : pourquoi aller chercher loin une action culturelle majeure d’envergure régionale, alors qu’elle est sous nos yeux ? La région gère les lycées, la première de renforcer la culture serait de mettre en place des actions culturelles dans les lycées, des partenariats, des jumelages, des sorties. Certes, tout cela existe déjà, mais avec de la coordination, de l’organisation, on pourrait arriver à un nombre de jeunes touchés phénoménal !

. Lille3000…au niveau de la Région : je me suis déjà exprimé sur le sujet; Lille3000 c’est très bien, mais la diffusion métropolitaine de l’événement reste sujette à discussion. La vraie ambition, ce serait effectivement d’embrayer sur un niveau régional, comme l’a fait Nantes en passant du « Voyage à  Nantes » à l’opération « Estuaire »; ou comme le fait la Normandie avec « Normandie impressionniste ».

L'opération "Estuaire" se déploie de Nantes à St Nazaire...

L’opération « Estuaire » se déploie de Nantes à St Nazaire…

. un portail numérique unique pour les Médiathèques de la région : la mise en réseau des médiathèques est source d’échanges, de dynamisme, de partage; mais difficile à envisager à un niveau régional. En revanche, dans les 5 à 10 ans à venir, la question de l’acquisition, de l’utilisation et de la diffusion des ressources numériques va se poser de manière cruciale pour nos médiathèques. L’échelon régional ne serait-il pas le mieux placé pour avoir à la fois une forte coordination, des vrais moyens pour l’achat, et l’ambition d’une politique innovante sur le sujet ? Le Nord Pas de Calais Picardie serait légitime à être une région de référence sur les ressources numériques en accès public…

Alors oui, dans le domaine culturel aussi, les propositions de Xavier Bertrand font mouche et sont la preuve à la foi d’un solide réalisme et d’une réelle ambition pour la région. Nul besoin d’agiter l’épouvantail du Front National, qui serait effectivement catastrophique pour la vie culturelle et le rayonnement de notre territoire, le programme de Xavier Bertrand permettrait d’amplifier et de solidifier le dynamisme culturel et artistique de nos territoires.

Les 6 et 13 décembre prochain, c’est donc aussi pour ses propositions culturelles que j’irai voter Xavier Bertrand !

 

Etre responsable de Roubaix

Au mois de mars 2014, les Roubaisiennes et les Roubaisiens ont choisi la liste de Guillaume Delbar et lui ont confié la responsabilité de la ville de Roubaix.

GDMR

Aujourd’hui, au milieu d’une actualité tragique et mouvante, c’est un maire qui a pleinement conscience de cette responsabilité particulière qui s’est exprimé concernant les possibilités d’accueil de réfugiés.

Etre responsable de Roubaix, c’est d’abord affirmer, comme l’ont fait hier dans un communiqué Guillaume Delbar avec Gérald Darmanin, que leurs villes seraient au rendez-vous de la politique de l’Etat dans l’accueil et l’exercice du droit d’asile. « Il est légitime de respecter les règles européennes du droit d’asile », rappellent-ils, et « les villes accompagnent les titulaires du droit d’asile comme la République le prévoit ».

CP 040915

Etre responsable de Roubaix, c’est reconnaître l’émotion humaine, intime et personnelle, que nous ressentons tous devant les drames actuellement en cours; mais aussi se dire que face à cette émotion, c’est la responsabilité d’une ville et de ses habitants que nous avons, avec ses propres contraintes et ses immenses difficultés.

Etre responsable de Roubaix, c’est donc se dire, sereinement et calmement, qu’au delà d’une légitime émotion,  qu’une ville qui souffre tous les jours du mal logement, dont des milliers de logements sont insalubres, où des milliers de demandes de logement sont en attente, a sans doute d’autres priorités que d’accueillir de nouveaux habitants qui ne feraient qu’aggraver la situation.

Etre responsable de Roubaix, c’est aussi refuser de se laisser enfermer dans les accusations culpabilisantes d’un PS local, dont l’historique en la matière est pour le moins douteux. Aux champions des généreuses positions de principe qu’on se dépêchera de contredire ou d’oublier après les élections, – comme celle de Martine Aubry de créer un réseau des villes solidaires – , je préfère la franchise d’une position responsable, réfléchie, en phase avec les roubaisiens.

Oui, décidément, c’est cela être responsable de Roubaix.